Chômeurs? A la recherche d'un stage?
Vous êtes au meilleur endroit pour booster votre chance et prendre votre avenir en mains

TOP SECTEURS : Ressources Humaines|ONG|Administration / Secrétariat|Marketing / Communication / Publicité

Récents Job

Récents Candidats

Récents Employeurs

Créer un CV Gratuitement

NOUS VOUS AIDERONS A ATTEINDRE LES EMPLOYEURS

Vous n'avez jamais rédiger votre CV?Parce que vous ne savez pas en faire?ou bien en manque d'idées?
Vous êtes sur le bon site, Plus de 100 modèles de CV uniquemepent pour vous.

Consulter

PUBLICATIONS DU BLOG

2018-12-07 12:47 0 43

Comment se présenter quand on est en recherche d'emploi ?

En rencontrant de nouvelles personnes, il peut être difficile de répondre à la question "que fais-tu dans la vie ?", quand justement on cherche un nouvel emploi, et que la situation s’éternise. Notre identité tournant souvent autour de notre activité professionnelle, il est important de savoir quoi répondre, et surtout comment le dire. S’il n’existe pas de recette miracle étant donné la diversité des situations possibles, certaines astuces peuvent vous aider à répondre sans gêne ni honte aux questions sur votre situation professionnelle lorsque vous n’avez pas de poste. Et pourquoi même ne pas donner un coup de pouce à votre recherche d’emploi par la même occasion. Car comme le rappelle Ana Fernandez, coach professionnelle et dirigeante d’Energycoaching : « quelles que soient les circonstances dans lesquelles vous rencontrez quelqu’un, au cours d’un dîner ou d’une réunion familiale par exemple, il peut s’agir d’un facilitateur potentiel dans votre recherche d’emploi. Il faut donc que votre discours de présentation soit rôdé. » La première impression en une phrase « Ne commencez pas par dire "je suis à la recherche d’un poste", car vous risqueriez de perdre l’intérêt de la personne en face de vous. On a tous un métier, une fonction. Commencez par ça », recommande Ana Fernandez. Certains choisiront d’annoncer qu’ils se trouvent entre deux postes pour le moment, ce qui peut convenir, mais encore une fois, l’idéal est de ne pas commencer par là. Dites plutôt "Je suis assistant marketing, mais je suis actuellement à la recherche de nouvelles opportunités suite à une démission/une rupture conventionnelle/un licenciement économique…" L’"elevator pitch", outil indispensable Bérangère Touchemann, coach carrière, conseille d’avoir recours à la boîte à outil qu’est l’elevator pitch, « ce résumé de ce qu’on souhaiterait dire sur soi pour atteindre ses objectifs professionnels, à adapter en fonction de la situation et de la cible. » Ce petit discours d’une trentaine de secondes doit aller à l’essentiel et répondre à trois questions : qui êtes-vous, que faites-vous et que cherchez-vous ? « C’est un plan passé-présent-futur, explique Bérangère Touchemann. Vous devez être le plus clair possible et vulgariser au maximum, car lorsque vous aurez expliqué ce que vous cherchez, la réaction naturelle de votre interlocuteur sera d’avoir envie de vous aider. » Dites par exemple "Je m’appelle Untel, j’ai 5 ans d’expérience dans les ressources humaines. J’accompagne les entreprises dans la gestion de leur personnel, et je suis actuellement à la recherche d’une entreprise dans laquelle je pourrais passer un entretien." Vous serez surpris du nombre de portes que votre honnêteté et votre capacité à synthétiser pourraient vous ouvrir.   Un sentiment de honte à bannir D’après Nadia Tandéo, psychanalyste et coach spécialiste de la gestion de carrière et de la reconversion professionnelle, « le problème, c’est que certains chercheurs d’emploi ressentent le besoin de s’excuser de leur situation. Il ne faut pas croire que la personne qui vous pose cette question va automatiquement tomber dans le jugement. Assumez qui vous êtes, ainsi que vos difficultés. Le fait de ne pas avoir de travail ne doit pas devenir dévalorisant. » Répondre avec le sourire au lieu de tomber aussitôt dans le désespoir changera automatiquement la réaction de votre interlocuteur qui, au lieu de vous plaindre ou se trouver gêné, pensera peut-être à une opportunité dont il a entendu parler qui pourrait vous convenir, ou du moins restera à l’affût de telles occasions à l’avenir en vous gardant à l’esprit. Et si cela dure ? « Plus le temps passe, plus la confiance en soi diminue, et plus il est compliqué de se présenter, reconnaît Ana Fernandez. D’où l’intérêt de continuer à faire des choses, d’avoir des activités qui renforcent votre confiance et booste votre moral. » Des activités qui vous permettront aussi de continuer la conversation une fois les questions professionnelles passées. « Cela demande d’être préparé, éventuellement de travailler avec un interlocuteur extérieur dans un organisme qui accompagne les candidats, comme Pôle emploi, suggère Françoise Bordet, directrice de l'orientation et de l'insertion à l’Essca. Il ne faut pas nier que c’est difficile et que cela incite à se poser des questions, mais avoir une activité physique ou associative aide énormément. Cela prouve que vous savez tirer des bénéfices de votre période de chômage. » Vous démontez ainsi le cliché du chercheur d’emploi qui tourne en rond chez lui, désemparé, et évitez de mettre mal à l’aise vos interlocuteurs. https://lc.cx/Commentsepresenter

[Lire plus...]

2018-11-16 10:04 0 73

10 choses à savoir avant d’aller travailler dans une start-up

Travailler dans une start-up peut sembler cool de l’extérieur, mais savez-vous dans quelle galère vous vous embarquez ? Voici 10 choses à savoir de joindre une jeune pousse… 1. Des emplois éphémères De manière générale, la moitié des nouvelles entreprises mettent la clé sous la porte avant leur cinquième année d’existence. Dans le domaine du capital de risque, un investisseur se montre satisfait si 1 start-up sur 10 connaît le succès. Il y a donc de bonnes chances que vous deviez chercher un nouvel emploi avant longtemps. 2. Beaucoup d’autonomie, pas de silos Les start-ups sont souvent des « micro-organisations » sans départements ni chefs de service. Tout le monde met la main à la pâte et assume sa part de responsabilité. On s’attend habituellement à une grande autonomie et surtout à beaucoup de débrouillardise de la part des employés.   3. Des projets viscéraux, des fondateurs passionnés Les entrepreneurs sont des gens passionnés qui portent leur projet comme s’il s’agissait de leur propre enfant. Attendez-vous donc à côtoyer des gens ambitieux, adeptes de la microgestion, qui suivent avec une minutie maladive chaque aspect de leur projet… 4. Savoir se retourner sur un dix sous Dans une start-up, la mission de l’entreprise peut changer du jour au lendemain, sans préavis. Le fondateur peut décider de faire un « pivot » afin de suivre un filon plus prometteur pour l’avenir de l’entreprise. 5. Des avantages sociaux ? Les start-ups sont des entreprises naissantes qui ne roulent pas sur l’or. Elles n’ont habituellement pas de département RH pour établir une échelle salariale, offrir un régime d’assurance collective ou autres avantages sociaux. 6. Le développement professionnel, votre responsabilité En l’absence d’un département RH, il est également peu probable que la start-up ait mis en place un programme de développement et de formation de ses employés. Il faudra montrer votre sens de l’initiative pour repérer les occasions de développement. Une conférence vous intéresse ? Vous aurez à faire les démarches vous-même pour y participer. 7. Pas de « carte de punch » La prochaine ronde de financement approche ? N’imaginez pas aller chercher les enfants à la garderie à 15 h 30 ! Vous aurez sans doute à mettre les bouchées doubles au travail. La charge de travail des start-ups fluctue selon les besoins de financement et les occasions d’affaires qui se présentent. 8. Montagnes russes émotionnelles Quand on œuvre au sein d’une petite équipe tissée serrée, qui fait corps avec le projet, il faut s’attendre à ce que le moral des troupes ait une grande influence sur son propre moral. C’est exaltant quand les nouvelles sont bonnes, mais c’est lourd quand le projet frappe un mur… 9. S’attendre à être incompris La culture des start-ups est différente de celle du monde des grandes entreprises, et encore plus différente de celle du gouvernement. Il y a donc de fortes chances que vous passiez pour un extraterrestre en parlant de votre emploi à votre famille ou à vos amis. Surtout si vous travaillez sur un produit « révolutionnaire » que personne ne connaît ! 10. Côtoyer des gens talentueux Travailler dans une start-up est l’occasion de côtoyer au quotidien des professionnels talentueux qui – bien souvent – avaient une carrière bien établie avant de tout mettre dans la balance pour propulser leurs idées. Du coup, on apprend beaucoup à leur contact.http://https://lc.cx/travaillerstartup

[Lire plus...]

2018-11-09 11:21 0 118

Recherche d’emploi : comment garder le moral?

Devant les refus, ou lorsque des tonnes de CV se comportent comme des bouteilles à la mer, comment garder le moral malgré tout ? Les trucs de Mathieu Guénette, conseiller d’orientation.     Réviser son CV et demander conseil Selon M. Guénette, la première chose à faire est de s’assurer de la clarté et de la pertinence de son CV. Mais ensuite, il est bon d’en tester le contenu auprès d’un proche ou d’une connaissance qui, idéalement, travaille dans le domaine d’emploi convoité. « En approchant cette personne pour ses conseils et non pour un job, on va chercher un soutien précieux qui, sait-on jamais, mènera peut-être à un emploi ! »     Simuler des entrevues Accumuler les entrevues infructueuses peut grandement miner la confiance en soi. Aussi, mieux vaut s’exercer à répondre avec authenticité et aplomb. « Les réponses doivent surtout être des exemples concrets tirés de sa propre expérience, explique le spécialiste. C’est ainsi qu’on se distinguera des autres candidats. » Après tout, n’y a-t-il pas autant de vécus que d’individus ?     S’ouvrir aux autres Au lieu d’attendre les offres d’emploi officielles en se rongeant les ongles devant son ordinateur, il est fortement recommandé de sortir de chez soi et de faire du réseautage. En plus d’être efficace, cette technique brise l’isolement. Également, lors de la prise de contact, « s’intéresser aux autres et à leurs besoins professionnels est une règle d’or, souligne M. Guénette, car c’est la meilleure façon d’apprendre en quoi on peut leur être utile. »     Faire du bénévolat Évidemment, s’engager dans des activités bénévoles reliées à son domaine d’emploi est une excellente manière d’occuper son temps tout en enrichissant son réseau. Sans compter que déployer ses compétences pour une bonne cause aide à rehausser l’estime de soi et à combattre les idées noires. « De plus, pourquoi ne pas offrir des échantillons gratuits de son expertise, en écrivant des articles sur LinkedIn, par exemple ? ajoute le conseiller d’orientation. En exposant ainsi ses atouts, on risque d’attirer le regard d’un futur employeur. »     Gérer les émotions négatives Quand le moral est au plus bas, « il faut d’abord gérer ses émotions négatives, estime M. Guénette, car un candidat déprimé diminue grandement ses chances d’être embauché. » Pour retrouver son optimisme, s’adonner à des activités plaisantes ou s’imaginer dans des situations agréables peut parfois suffire. On peut aussi écrire ses bons coups quotidiens : le courriel qu’on a envoyé, la personne qu’on a appelée… Mais si l’humeur négative persiste, ne pas hésiter à faire appel à un psychologue !https://lc.cx/gardermoral

[Lire plus...]

2018-11-02 10:36 0 114

Comment trouver le poste idéal?

Avant de vous aventurer sur le marché du travail, vous devez déterminer vos aspirations réelles. Pour cela, il est essentiel de déterminez le type de poste que vous convoitez en procédant à une auto-évaluation. Concentrez-vous ensuite sur un profil de poste, un secteur d'activité ou une entreprise, puis établissez des échéances réalistes. Dès que vous aurez défini le type de poste recherché, suivez les 5 conseils ci-dessous pour entreprendre votre recherche d'emploi. 1. Inscrivez-vous dans des agences de recrutement Répertoriez les agences reconnues sur le marché en privilégiant plusieurs agences si vos critères de poste sont relativement généraux. Toutefois, si vous travaillez dans un secteur très précis, orientez-vous de préférence vers une agence spécialisée. 2. Activez votre réseau Disposer d'un bon réseau vous permettra non seulement d'explorer le marché du travail par un autre biais, mais également de vous donner un avantage réel sur les autres candidats. Ce réseau inclut toutes les personnes pouvant vous aider dans votre recherche d'emploi : anciens collègues, collègues actuels, supérieurs hiérarchiques et amis. 3. Consultez les job boards Repérez les sites d'offres d'emploi sur Internet spécialisés dans votre secteur d'activité, puis effectuez des recherches précises selon le type de poste, vos prétentions salariales ou encore la situation géographique des offres. Certains sites donnent la possibilité de créer un compte d'utilisateur sur lequel vous pouvez télécharger votre CV à l'attention des employeurs, enregistrer vos recherches et souscrire gratuitement à l'envoi automatique des propositions de postes, dès leur publication en ligne. 4. Lisez les journaux Lisez les journaux ou les magazines spécialisés dans votre domaine d'activité, notamment le jour de la publication de leurs offres d'emploi. 5. Contactez directement les employeurs Adressez votre CV accompagné d'une lettre de motivation au service des ressources humaines des entreprises où vous aimeriez travailler. Rappelez-les ensuite pour connaître les éventuels postes à pourvoir. Il est également judicieux de fournir à votre consultant en recrutement une liste des entreprises qui vous intéresse : il les contactera pour vous.https://lc.cx/posteideal

[Lire plus...]

2018-10-26 10:51 0 77

Redécouvrir sa passion

Si vous souhaitez donner du sens à votre travail, réfléchissez aux moyens de communiquer votre passion : en quoi pouvez-vous avoir un impact sur ce qui vous entoure ? Ce qui importe n’est pas votre point de départ, mais là où vous voulez aller. 3. Restez curieux Alimenter en permanence votre motivation par des idées, des informations et des actualités pertinentes vous permet de garder celle-ci intacte. À moins d’être le/la meilleur(e) de votre secteur, vous avez toujours quelque chose à apprendre, quelque chose que vous pouvez faire mieux. Identifiez les domaines dans lesquels les autres affichent une meilleure performance et fixez-vous pour mission de les surpasser. Effectuez des recherches, lisez, posez des questions, couchez sur papier vos idées, étudiez les profils que vous admirez et entretenez un réseau. Considérez la formation continue comme partie intégrante de votre travail et nourrissez une curiosité insatiable pour tous les thèmes et profils pertinents. La quête constante de connaissances destinées à vous améliorer élargit votre horizon et vous évite tout sentiment de stagnation. Comme dit le proverbe, « Aide-toi, le ciel t’aidera ». Vous vous devez de stimuler votre passion et de la laisser piloter votre carrière pour que celle-ci ne devienne pas un obstacle dans votre vie. 4. Mêlez-vous aux personnes qui affichent le même état d’esprit que vous Vous serez surpris(e) par le volume d’énergie positive dégagé par le simple fait de côtoyer des gens qui ont le même état d’esprit que vous. Écouter et parler avec d’autres acteurs du même secteur a quelque chose de magique. Entendre leur expérience est une grande source de motivation. L’animation qu’ils dégagent est contagieuse et inspirante. S’ils apprécient à ce point leur travail, il n’y a aucune raison pour que vous n’en fassiez pas autant. Entourez-vous des « nouveaux passionnés », ces nouveaux venus que les fonctions endossées emplissent de confiance et de fierté. Leur quête de réussite vous servira de piqûre de rappel sur l’ardeur que vous avez pu déployer auparavant. Vous pouvez continuer à préserver un degré élevé de passion et d’énergie en les observant, mais aussi en partageant avec les autres ce que vous savez.https://lc.cx/redecouvrirsapassion

[Lire plus...]

2018-10-19 12:37 0 904

Quelle formule de politesse utiliser dans un mail professionnel ?

"Cordialement", "bien à vous", "salutations distinguées"… Toutes les formules de politesse ne se valent pas en fin de mail professionnel. Un choix à opérer en fonction du destinataire. Décryptage, avec un spécialiste de la langue française. "Cordialement" : entre pairs « La racine de ce mot est "cor", le cœur en latin, cela signifie donc "avec tout mon cœur". Voilà pour la théorie, mais avec le temps, le mot s’est affaibli. Désormais, il s’agit d’une formule de respect largement usitée et relativement neutre », explique Patrick Vannier du service du dictionnaire de l’Académie française. Elle peut être, par exemple, adressée à une personne que l’on ne connaît pas nécessairement mais avec qui l'on a (ou aurait) le même niveau hiérarchique. Un signe de reconnaissance entre pairs. « Avec la variante "bien cordialement", on manifeste encore davantage de respect à la personne. C’est une forme d’emphase », ajoute-t-il. À éviter en revanche : toute forme d’abréviation du type "CDT" ou "bien cdt". "Salutations distinguées" : à un supérieur hiérarchique « Cette expression signifie "salutations choisies". Elle donne un ton plus solennel à l’échange. Il s’agit d’une formule de politesse très valorisante pour l’interlocuteur. L’émetteur considère l’autre comme au-dessus de lui dans la hiérarchie », détaille Patrick Vannier. Toutefois, il est préférable d’employer cette expression avec une phrase du genre "je vous prie d’agréer mes salutations distinguées". En revanche, vous pouvez bannir la phrase "je vous prie d’agréer l’expression de mes salutations distinguées". « Salutations distinguées est déjà une expression, il y aurait donc redondance », précise le spécialiste. "Bien à vous" : familier « Il s’agit d’une forme édulcorée des formules employées dans les correspondances des 18e et 19e siècles qui se concluaient par "je suis tout à vous", ou encore "sachez que je suis vôtre". Sous entendu "je vous appartiens, je suis à votre entière disposition", détaille le spécialiste du dictionnaire. Aujourd’hui, la formule est en partie vidée de son sens premier et ne semble plus vouloir dire grand chose. « Ce n’est pas un manque de respect mais plutôt une posture désinvolte et/ou beaucoup trop familière envers son interlocuteur », commente-t-il. Le pire étant le "BAV", une version raccourcie de "Bien à vous", mais qui manque encore plus de délicatesse. "Bonjour" : à éviter Eh bien non, on n’attaque pas d’entrée un mail de candidature avec un "bonjour"  jugé trop familier. Soit vous donnez du "Monsieur" ou du "Madame", ou du "Madame, Monsieur", si vous ignorez le sexe de votre interlocuteur. Si vous connaissez déjà la personne, vous pouvez employer, "Cher Monsieur", ou "Chère Madame". Mais on ne passe pas le bonjour au recruteur. Source: https://lc.cx/formule-de-politesse-utiliser

[Lire plus...]


Copyright © 2018 SahelJob | Emploi & Stage Tous droits reservés. Developed With By Mougani.